J'ai pris une petite soirée relaxe ce soir... Bain, trucs amusants (oui oui, j'aime ça!) et finalement, un peu de temps pour prendre soin de ce coin d'hyperespace négligé.

Quoi de neuf donc... Toujours à vélo, sauf aujourd'hui où il a plu. En général, ça se passe encore bien, le vélo. La température n'est toujours pas un problème, sauf pour le temps que ça prend en partant et arrivant, mettre les couches. J'ai roulé un peu après la neige, mais elle est toute partie alors bon, on s'arrange.. J'aime franchement mieux la neige que la pluie, d'autant plus qu'une fois au sol, c'est un peu la même merde fondue. Enfin, pour référence, j'en suis à l'anorak, t-shirt et chandail de laine (quand il fait vraiment froid), mes mêmes gants que l'hiver passé (qui commencent à être franchement nauséabonds...), tuque et casque. J'ai remarqué que le casque accomplit la fonction particulière de maintenir ma tuque et mes cheveux en place par-dessus mes oreilles, ce qui m'empêche de geler complètement par là. Le vélo tient bien la route (hehe), je le huile à chaque départ (parce que je suis trop paresseux pour le huiler au retour). Je huile la chaîne et les ressorts des dérailleurs.

J'ai eu des gros pépin avec le vélo avant la neige. Crevaisons à répétition, je m'étais décidé à aller à la MEC pour m'acheter une nouvelle pompe à vélo. Une belle pompe rouge, avec un manomètre, "à pied", avec des poignées en bois. Exactement comme je voulais, elle fonctionne très bien. Tellement bien, en fait, que j'en ai profité pour regonfler mon pneu avant qui faisait un peu la moue (décidément, les calembours aujourd'hui...) Après avoir accroché la pompe à mon rack, les sacoches, mon sac à dos, casque, cadenas, hop on part.

J'ai pas eu le temps de faire 2 coins de rue qu'avant de m'engager dans le tunnel de chabanel, pan! ça recrève... J'étais chargé comme une mule et à ce stade, je savais pertinnemment que patcher la chambre à air n'allait pas régler le problème. En inspectant le pneu (et en regonflant la chambre à air), je sentais l'air passer au travers du pneu, qui était décidément fini, complètement craquelé. Je suis donc retourné à la MEC sur une roue. Les bourgeois du marché central ne semblaient jamais avoir vu un "pouilleux" aussi chargé. (En fait, il semblent toujours surpris de voir quelquechose qui n'est pas en tôle à quatre roue, mais bon...)

Enfin, hop, retour à la MEC. J'ai acheté un nouveau pneu et une chambre à air. Je devais avoir l'air d'un parfait imbécile avec mes deux sacoches sac-à-dos, grosse pompe rouge à chercher un pneu et une chambre à air... Enfin. Change la chambre à air, remet le pneu, la jante, gonfle un peu, replace les sacoches, ancre la pompe sur le rack, sac à dos, casque, cadenas, j'oublie rien, bon, on part... Hmm... le pneu est encore mou... bah, j'ai dû oublier de le gonfler au complet (il ne faut pas gonfler le pneu au complet sinon il ne passe pas entre les patins de frein quand on remet la roue). Alors hop, je défait la pompe du rack, regonfle le pneu, remet la pompe, casque, hop, on part. J'ai fait plus longtemps cette fois, mais à Fleury, j'étais encore mou. À un tel point que j'ai dû encore m'arrêter pour défaire la pompe, gonfler le pneu, replacer la pompe, casque, on a tout, dernier coin de rue, bordel. En fait, les derniers problèmes, je crois, sont dûs au fait que je ne suis pas habitués aux valves Presta (vs les Shrader) et que j'ai probablement mal gonflé et mal fermé la patente. Mais bon... C'est réglé maintenant et j'ai un vélo fonctionnel avec un nouveau pneu.

Quoi d'autre de neuf... Un peu de plein air ces temps-ci, on a fait le ruisseau des chênes dans la neige (juste avant qu'elle fonde toute), c'était très bien, et j'ai l'impression d'être chanceux de voir de la neige. Je sens que mes enfants (si j'en ai) n'auront pas cette chance aussi souvent, du moins certainement plus avant janvier. C'est un peu désolant tout ça...

D'un autre côté "plein air" joyeux, j'ai repris l'escalade, avec Anne. Enfin, présentement, on est en pause, mais j'ai recommencé cet été à faire de l'escalade dans les alpes française et nous avons continué à en faire en salle à Montréal, à notre retour. Je dois dire que je suis bien content de revenir tranquillement au niveau où j'étais quand j'avais arrêté il y a plus de 5 ans. Nous avons visité le centre Allez-Up où on m'a dit que j'avais les cheveux trop longs, que mon cuissard était trop vieux et que mes techniques d'assurage étaient dangeureuses. Après m'être fait initié à ouvrir des voies en premier de cordées en France de façon toute relaxe, je les ai soudainement trouvés chiants et élitistes. M'enfin, c'est un beau centre quand même. On grimpe plutôt à l'UQAM, ces temps-ci. Gratuit pour les étudiants, 9$ pour les autres, c'est une véritable aubaine, même si l'environnement est plutôt limité. J'ai pas encore "fait le tour" (loin de là), alors j'espère bien continuer à m'y entraîner.

Created . Edited .