Selon un lecteur, ce blog serait maintenant censuré en Tunisie, probablement à cause de cet article. Je m'explique mal cette censure car ce blog n'expliquait pas comment contourner les méthodes de censure lorsque la censure a commencé (16 juillet 2010), mais seulement comment elle se manifestait pour les usagers, chose que n'importe quel technicien informatique pouvait documenter sur place. Suite à cette annonce, j'ai émit un court commentaire décrivant des potentiels moyens d'action contre cette censure, mais pas avant. Il semblerait donc que simplement documenter ces mécanismes serait un prétexte de censure suffisant.

Je profite donc maintenant de cette tribune, qui semble bien référencée (de Wikipedia et Google), pour diriger les tunisiens vers les alternatives leur permettant de consulter l'internet en toute liberté, puisque je suis de toute façon censuré. Peut-être que ceci permettra aux expatriés ou aux visiteurs et touristes d'aider leurs camarades en Tunisie.

Le première chose à faire est de tester le logiciel Tor, utilisé largement dans différents pays pour contourner la censure étatique. Il est maintenant utilisé avec succès en Tunisie et distribué sur CD et clefs USB par le Parti Pirate Tunisie (voir aussi cette announce et leur fil Twitter). Notez bien qu'il est possible que utiliser ou partager Tor soit considéré comme criminel par les forces d'état et pourrait vous causer des ennuis, j'en ai en fait aucune idée, n'ayant jamais visité le pays et connaissant très peu la situation sur le terrain. J'avise donc les Tunisiens de faire attention: Tor a causé des ennuis aux militants en Iran, par exemple, où la simple utilisation causait des arrestations et dans certains cas des peines de prison.

Un autre solution est d'utiliser Picidae (accès direct sur pici.picidae.net). J'aimerais savoir si ce site est bloqué en Tunisie...

Mais que se passe-t-il en Tunisie?

On ne parle pas souvent de la Tunisie dans nos médias occidentaux, il semblerait. J'ai entendu un appel à la mobilisation pour la Tunisie, dans l'émission Là-bas si j'y suis d'hier, qui cite cet article de blog: Anisb Ibn Baddouda : j’ai 31 ans et je n’ai jamais voté. Ces prises de position sur d'autres blogs et la naissance du parti pirate montrent-elles la montée d'une nouvelle "génération facebook" face à la montée du fondamentalisme?

Mise à -jour: on ne parle plus seulement de prises de positions et d'un parti politique, mais de "tensions" (AFP), "d'émeutes" (rue89), d'une "révolte" et même d'un "soulèvement" (alterinfo.net) après l'immolation d'un marchand devant la préfecture de police pour protester contre la "saisie musclée de son étal". Ce "chômeur diplômé", qui vendait sans permis des fruits et légumes pour subvenir au besoins de sa famille, est mort de ses blessures aujourd'hui. Le gouvernement en place dénonce les manifestations et promet l'application de la loi de façon "ferme". On sait déjà que des avocats ont été agressés par la police et amorceront une grève, tout comme les lycéens et les journalistes.

La côte d'ivoire...
... on en parle beaucoup, mais j'ai l'impression qu'on nous dit rien et que du coup, on comprend rien. Les choses sont évidemment beaucoup plus complexes qu'il en paraît encore une fois. Democracy now ont encore une fois un excellent interview à ce sujet, qui montre bien la controverse. Le plus important, je pense, pour la région est que: 1) une intervention armée serait un catastrophe et 2) la constitution prévoit qu'une nouvelle élection doit être tenue.
Comment by anarcat
d'autres nouvelles

Pendant que les manifestations continuent (voir la couverture de Al-Jazeera, qui est sur le terrain) on apprend que le gouvernement tunisien espionne les noms d'utilsateurs et mots de passes des comptes Google, Facebook et Yahoo des tunisiens. J'ai vérifié l'article technique et selon ma connaissance des systèmes de contrôle, ceci me semble une approche plausible, surtout vu que les versions sécurisées des sites ont été bloquées.

D'autres analyses de la censure sont disponible ici et ici.

Les sites gouvernementaux tunisiens ont également été attaqués par "Anonymous". Les attaques, qui semble cibler les serveurs DNS du gouvernement, sont encore en cours (les sites pm.gov.tn, rcd.tn, benali.tn, carthage.tn, bvmt.com.tn, and ministeres.tn sont toujours injoignables). Selon l'article du Tech Herald, certains des sites en question auraient également été vandalisés, leurs page d'accueil étant remplacées par des manifestes de Anonymous. Cet article d'Al-Jazeera mentionne également que deux "activistes web" ont été arrêtés par les autorités.

Une grève générale est prévu lundi, après 18 jours de manifestations.

Ah et il y a aussi des émeutes et une révolte sur la hausse des prix de la nourriture en Algérie, voir encore une fois l'excellente couverture d'Al-Jazeera.

Comment by anarcat
Created . Edited .