English folks looking for a summary can read my comment about this on Slashdot.

Bell, de son propre gré, décide d'arrêter de ralentir le réseau ("throttling") pour ses clients. Dans une lettre au CRTC (attention, fichier word!), la mégacorporation annonce que, "avec la popularité grandissante des flux audiovidéo et d'autres types de traffic, le partage de fichiers "peer to peer" a diminué, en proportion" (traduction libre).

On peut maintenant se demander si le ralentissement des connexions n'était pas prémédité, une manière de ralentir le trafic de ses concurrents et clients, alors qu'ils ne pouvaient pas les facturer bit par bit. Maintenant que c'est fait (ie. Bell a gagné au CRTC et peut maintenant facturer ses compétiteurs pour la bande passante que leurs clients utilisent), ils laissent tomber le bâton et vont récolter les bénéfices.

J'ai fait quelques calculs pour le bénéfice des mes camarades sur Slashdot:

Autrement dit, ceci signifie que Bell vous vend sa bande passante pour 85$ par mbps, quelque chose qu'ils paient sûrement plus près de 10$ ou peut-être même 5$ par mbps, probablement même moins considérant leur monopole et l'immense volume. Nous pourrions aussi observer comment ces prix couvrent habituellement une connexion 100mbps alors que Bell vous offre une connexion 20mbps. Bien sûr, ces prix sont pour le centre de données, ce qui ne couvre pas les frais de connectivité, mais tout de même, on pourrait assumer que ceux-ci sont couverts par le forfait minimal de 25$ par mois, considérant la bande passante ridicule fournie, c'est à dire 2GB.

Pour donner une idée, 2GB, c'est l'équivalent d'environ:

Et là on parle de limite absolue, pour le mois. Vous dépasser, et ça va vous coûter 2.50$/GB extra, et ils sont prêts à vous charger jusqu'à 80$/mois de plus.

Ah, et j'oubliais de dire, c'set 500kbps cette connexion, donc il y a à peu près seulement Youtube qui marche, et encore: un à la fois les colocs! (voir les débits des formats vidéos ou de Youtube, c'est fort instructif).

Donc: bonne chance pour ne pas briser votre quota avec ça, même si vous rester dans la toute légalité, ce qui, soit dit en passant, est parfaitement possible si vous êtes prêts à payer pour des services comme Netflix.

Et je ne parle même pas ici de comment les compétiteurs de Bell ne peuvent même pas offrir de forfait à 25$/mois car leur prix de base est de 30$/mois. Pas surprenant que Bell se sont battus autant pour faire payer la bande passante à leurs compétiteurs également: c'est le seul avantage qui leur reste. (Cette tactique est toujours dans les cartes, en passant...)

J'ignore aussi bien sûr le fait que Bell est aussi un fournisseur de contenu ce qui les place dans position de conflit d'intérêt: ralentir les utilisateurs et compétiteurs et charger des surplus pour les téléchargement aide Bell à vendre leur service de télévision satellite (leur réseau n'est pas prêt à offrir la vidéo digitale!) et les autres revenus (e.g. les Canadiens de Montréal et les Maple Leafs de Toronto)...

Enfin, c'est déjà un pas de plus en avant. Mais tant que le gouvernement ne mettera pas ses culottes, prendra la technologie en main et en fera une question politique, d'indépendance (dirais-je de souveraineté?), on restera avec les miettes (de subventions) que les compagnies privées voudront bien nous donner. Les modèles sont là, il nous reste qu'à les suivre.

Note: mon commentaire sur Slashdot comporte une erreur dans les calculs. J'utilisais des "gigabytes", ce qui est techniquement incorrect: quand on dit "gigabyte" (GB) on veut en fait dire un "gibibyte" (GiB) (2^30 bytes). J'assume par contre que les connexions au "bit par seconde" suivent les unités internationales (donc un "megabit" (Mb) est 10^6 bits), ce qui est pratique courante. Pour plus de détails sur cette confusion commune, voir l'article Octet de Wikipedia.

Created . Edited .