Il y a eu des coupures réseau majeures au début du mois en au moyen-orient et en asie. Pour moi, la nouvelle est arrivée par cet envoi sur la liste de discussion de NANOG, annonçant la coupure d'un cable partant de Sicile en Égypte. Cet envoi nous amène à un article du Guardian un peu alarmant parlant de coupures de 50 à 60% de bande passante en Inde. Cette coupure se serait produite le 30 janvier. Ces coupures ont été suivies par 2-3 autres coupures. Plusieurs théories ont fusé depuis le début de ces évènements et je veux bien mettre les évènements en perspective et dissiper quelques théories entourant ces problèmes pour mes lecteurs francophones (bien que plusieurs références citées dans le texte sont en anglais). Notons, pour référence future, que les câbles coupés le 30 janvier sont le SEA-ME-WEA 4 et le FLAG, qui ont été coupés presque simultanément... Cette excellente analyse, sur le blog de Renesys (que je devrais probablement ajouter à mes RSS) montre les pays et régions affectées par ces coupures.

À ce moment, l'évènement était une curiosité technique pour les opérateurs réseau occidentaux, et une coupure évidemment assez sévère pour les pays affectés en orient, mais ce n'était que le début. Lorsque le FALCON a été coupé le 2 février, les théories de la conspiration les plus fantaisistes (exemple) ont commencé à fuser. Jeudi dernier, Indymedia Paris publiait un texte décrivent ces évènements comme "un acte de sabotage des États-Unis visant à empêcher l'Iran d'ouvrir une place de transactions pétrolières, prévue pour février 2008", sans citer aucune source ou référence sur les incidents. D'autres ont théorisé que cette coupure était une prélude à une guerre en Iran...

Pour ajouter à l'hystérie, il y a eu 2 autres coupures sur des câbles océaniques internationaux: le DOHA-HALOUL entre le Quatar et les Émirats Arabes Units (3 février, quoique celui-ci était un problème électrique plus qu'un dommage aux câbles, selon Arabian Business) et le SEAMEWE-4 près de Penang, Malaisie (4 février).

Qu'une chose soit bien claire: tous (Scheier, ce commentaire sur Slashdot, Arabian Business rapportant les dires de FLAG) s'accordent pour dire que, bien que l'Iran ait été affecté par la coupure, jamais l'Iran en entier n'a été coupé de l'internet (merci Slashdot...). Pour des analyses détaillées des coupures, voir Renesys et [https://confluence.slac.stanford.edu/display/IEPM/Effects+of+Fibre+Outage+through+Mediterranean cet article] de l'IEPM, qui montre même que la connectivité vers l'Iran s'est amélioré, au lieu de se détériorer...

D'autres théories annoncent que c'est un complot (des États-Unis, évidemment) conçu afin d'espionner le trafic passant sur ces liens. D'autres ont bien montré pourquoi cette théorie ne tient pas la route: en attirant l'attention de cette façon, on met bien en évidence le fait que l'on surveille, ce qui est contraire avec le but de l'opération. Une autre théorie est que les coupures sont destinées à rediriger le trafic vers d'autres liens déjà surveillés, mais le problème est que le dommage est temporaire et réparé en quelques jours ou semaines. D'ailleurs, si les américains veulent espionner le monde, ils n'ont pas besoin d'aller loin...

FLAG Telecom ont annoncé que la coupure du câble "FALCON" est dûe à une ancre de bateau, trouvée sur les lieux lors de la réparation. La coupure du FLAG lui-même n'a pas été expliquée, mais j'ai ma petite idée là-dessus...

Le 31 janvier, Telecom Egypt faisait l'annonce d'un contrat accordé à Alcatel Lucent pour la construction d'un câble entre l'Égypte et la France. Coïncidence? Probablement. Mais ça me semble plus plausible que les théories d'espionnage et de guerre en Iran, car celles-ci, on n'en aurait pas entendu parler, et ça aurait marché: l'Iran aurait été complètement débranché de l'Internet et quelque chose se serait produit... Au lieu de ça: rien. Pas de guerre, pas d'annonce de l'Iran (ils auraient encore eu le bon vieux courrier, quand même!), le calme plat.

Parfois, il y a des coïncidences qui sont seulement des coïncidences...

== Références ==

En plus de tous les liens inclus dans le texte, voir aussi ces excellentes ressources:

Created . Edited .