Selon moi, la traduction complète et automatique ne viendra qu'avec l'émergence d'une conscience artificielle, une notion du "moi" et du "contexte", justement. Une langue n'a pas de sens en elle-même, contrairement à un langage de programmation, par exemple, qui implique une série d'instructions directives (en général, ou du moins pour le langage machine). Le langage humain est au contraire constamment et complètement libre à l'interprétation et en fait, sans interprétation, il n'a pas de sens du tout. Par exemple, il est souvent difficile de communiquer au jour le jour avec ma copine française, même si nous utilisons a priori la même langue, il faut souvent traduire certaines expressions ou certains mots, qui prennent leur sens seulement après les avoir expérimentés.

Une machine pourrait probablement correspondre maladroitement certaines phrases connues à l'avance, peut-être même avec de l'entraînement humain (ce qui manque gravement aux outils de traduction actuels tels ceux de Google, selon moi), mais ne sera jamais capable d'apprendre une nouvelle langue, par exemple, sans que les fondements de sa grammaire soient codées derrières et un dictionnaire de correspondances implanté.

Pour résumer ma pensée, les outils de traduction actuels ne sont pas de l'intelligence artificielle ne sont que des "dictionnaires contextuels". Je ne connais pas la fine pointe de la recherche dans le domaine, mais je sens que c'est le mieux qu'on peut atteindre sans réussir à faire apprendre des choses à une machine.

L'humain a une inexplicable capacité à apprendre des langues (qui diminue d'ailleurs avec le temps). Reproduire cette capacité, ce phénomène, est loin d'être évident. C'est la conscience, l'intelligence humaine fondamentale elle-même qui est selon moi en jeu.

Par contre, je pense que, comme le problème général décompilation (voir http://boomerang.sourceforge.net/FAQ.php#Impossible), il est certainement possible d'atteindre un niveau de traduction beaucoup plus satisfaisant qu'actuellement, en utilisant plus que des simples dictionnaires mais des "parsers" capables de décoder la grammaire derrière la langue (un peu comme le font les meilleurs correcteurs orthographiques tels Antidote) et la recoder dans la langue de destination.

(ce billet a commencé comme un commentaire sur le blog de Robin)

Created . Edited .