Comme toujours, les vainceurs écrivent l'histoire. Le gouvernement provincial a décidé de refaire les cours d'histoire pour "[y passer] sous silence l'Acte d'Union de 1840, la conscription de 1917 et le rapatriement unilatéral de la Constitution en 1982." Pas très surprenant, après tout, du parti libéral, connu pour ses positions fédéralistes. Mais quand même, un peu de retenue. S'il fallait que chaque nouveau gouvernement ré-écrive les livres d'histoire à chaque mandat, ça coûterait une fortune, de un, et de deux, plus personne n'aurait foi à la formation.

Remarque, ça serait peut-être une bonne chose: la formation est déjà très limitée et bornée. Les jeunes qui sortent de la formation standard ont très peu de formation sur l'histoire internationale et même locale. On effleure les conflits et controverses, à peine on donne une idée des problématiques. On garde déjà intentionnellement les esprits au sommeil, on cache les catastrophes, les abus, les meurtres les émeutes, les révoltes, les grèves, les problèmes passés sont passés sous silence pour garder l'ordre établi et abuser encore dans le futur comme on l'a fait dans le passé.

Ce n'est donc pas surprenant, cette manoeuvre, et tout ce qu'on peut espérer, c'est que ça incite à la révolte face à l'établissement de lavage de cerveau qu'est devenu notre système d'éducation.

Created . Edited .