Et la suite logique de cette élection ridicule : les troisièmes résultats officels (!) font perdre à Bourque un arrondissement dans le sud-ouest et un district à la seule élue de Projet Montréal. En fait, non seulement l'informatique n'est pas au point, comme le dit si bien Mathieu, mais en plus, dans le cas qui nous intéresse, le processus a été implanté par une compagnie privée, de façon complètement opaque, et avec des logiciels propriétaires hors de tout contrôle de la population. Comment faire confiance à un tel système? Pourquoi le gouvernement, qui se prétend l'instance publique d'office, n'encourage-t-il pas le mouvement du logiciel libre et ouvert dans la création d'un système transparent? Enfin, avant même le logiciel libre, pourquoi mettre en place un système dont on connaît les failles et où les problèmes sont connus et annoncés, selon le DGE?

En fait, c'est le cirque. Une vaste fumisterie qui nous porte à croire qu'on est en contrôle, qu'il y a un filet de démocratie quelque part qui va nous empêcher de sombrer dans la catastrophe. Mais il n'y a rien que le vide. Les poches vides des pauvres et les visions vides des pantins à la solde des marchés financiers et des "lobbys". À partir de quoi une élection devient-elle "valide"? Y-a-t-il même un tel critère? Bush, Tremblay, même combat? On passe maintenant à 35% de taux de participation, avec la disparition de 45 000 votes. Ce fut en fait la création de 45 000 votes "à la main", qui n'ont pas été retirés quand les bulletins électroniques ont été finalement transférés au serveur central. Du cafouillage de haute voltige pour un cirque ridicule qui dure depuis trop longtemps. Et nos médias corporatistes nous rétament que la présidente des élections à Montréal n'a enregistré qu'un seul problème. Eh oui. Certainement, on ne peut pas s'attendre à ce que la bête s'attaque vraiment au problème de fond.

PG élections a beau faire son mea culpa, ça ne me fera pas pleurer: ils ont été payés pour ce travail et on fait leur profit. Des incompétents mettent en place la "privatisation de la démocratie" (dixit Bourque), mais nulle part ne remet on en question l'idée même du vote électronique, son potentiel et ses défaut. Notre culture politique a été nullifiée, imbécilisée. Pas de révolte en vue.

J'ai moi-même été très surpris de voir que le système de vote était maintenant électronique. Aucune consultation n'a été faite, et l'information qui était diffusée à la population se limité à la forme du bulletin, non sa méthode d'enregistrement. J'ai vu de mes yeux le bulletin d'une amie bloquer dans une machine et être ré-inséré par le préposé... oups! est-ce que c'est deux votes? "Comment on fait ça déjà?" comme nous demande le site de PG Élections...

Après on nous critique de tomber dans le cynisme quand on cesse de voter, quand voter bien, c'est voter rien. Et bien c'est vrai. 65% de la population a voté contre l'élection. Je dénonce ce système démocratico-hypocrite qui prétend amener la paix et la démocratie dans le monde, et qui n'est même pas capable de tenir une élection valide dans sa propre métropole francophone. Je ne suis plus de ce monde. Je suis d'une autre solitude.

War is peace. Freedom is slavery. Ignorance is strength.

Created . Edited .